Sente (extrait) poesie

une absence native procède à l’espace, rien ne manque ; pierre, et transparences, dans le jet du temps ; cet amour, ce silence ; ce qui arrive d’herbe, de racine, d’ombre claire sous la trouée des buissons ; d’oiseau de ton pouls dans la lumière ; de danse d’arbre et d’air, de sente et de pas ;

.

une énergie ; emplit, et déborde ; vallonnée de ciel et de buissons, terre assise, racinée, oiseau jeté dans le vent ; alors tissée du vert et du nuage, de la sente et du gué ; toujours venue à la beauté, à l’instant ; jouant l’horizon et le soleil, arbre et ronce, et ruisseau ;

.

une présence, ouvre ; paisible, où survient toute lumière : transparences et cri d’oiseau, pierre sous les feuillages, ombre et trou ; que ta main repose sur l’herbe est aussi son visage, infini ; ce rougeoiement des baies, ce ciel-au-dedans, témoin du jour ; ce repos et ce mouvement d’un corps, vécu par la vie ; 

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public.Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires