Parution

Cinq poèmes sur les éléments accompagnés de photographies (10 euros + frais de port)

Extrait:

La terre n’est pas consistante, elle est de passage, elle apparaît alors qu’elle disparaît sans cesse transformée et renouvelée dans un passage, elle n’est pas là elle est pulsée dans l’énergie qui la renouvelle, la terre est dans le mouvement de continuer en transformation sans jamais se dilapider, elle est toujours en transition d’orientation dans la lumière et il est toujours très difficile de savoir où finalement elle est, elle pulse l’énergie des radis et des carottes et de tout ce qui vit en forêt, en homme, en caillou, il y a une pulsation de la terre à chaque endroit géographique de l’espace où les oiseaux se posent et la pluie se verse (…)

(…) l’éther transmet par la bouche du silence la totalité de la vie, et c’est uni que pèse la pierre et uni que mûrit le fruit, uni que se dresse la fleur et que se déverse la pluie, uni celui et celle qui, égal, se tient dans le flux continu de la vie, oui, c’est sa présence qui peuple le souffle des nourrissons et la formidable clarté de leur yeux, c’est sa présence qui habite le chant des baleines et des oiseaux, et celui de tout les hommes tournés vers la clarté de leur cœur, c’est sa présence qui, dans l’invisible, danse avec la lumière.

 

 

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public.Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires