Zéro

0 est tranquille, vide, céleste, il est le berceau du monde où être équivaut ne pas être, 0 ne divise pas, ne s’additionne pas, n’a pas d’autre réalité que sa vacance, il est le chiffre infini de l’instant dans la présence renouvelée des êtres et des choses, la racine de notre souffle que rien ne peut altérer ni détruire, 0 est sans nom et le nombre absolu de notre véritable nature, onde et matière s’unissent en lui dans l’étincelle de chaque vie, 0 est néant et osmose, où versent l’ombre et la lumière, le cercle et le point, il est la voûte de notre cœur qui s’absorbe en lui-même, le grain du silence d’où tout émane, 0 est Homme, est animal, est nuage, est occupé d’énergie où toute conscience est portée et tout geste rempli qui transhument dans le rêve de la nature, il est au centre de toutes les formes, de toutes les voix, et chante leur existence sans se lasser jamais, sans ne manquer jamais, il est : notre origine, il est : notre Mère, que nous rejoignons dans notre sommeil profond, et en notre ultime éveil, voyez, comme il circule avec les mots, avec les veines, avec le mystère, avec l’invisible, voyez comme dans la langue de notre esprit nous traduisons chacun sa vérité, et déclamons ses noms dans le minuit du ciel, dans le récit de nos poèmes, comme nous le cherchons dans la réponse des oiseaux et des saints, des oracles nouveaux et anciens, dans l’équation d’un amour, d’un silence

0 est espace au sein de l’arbre et de la pierre, il est en nous le ciel sous le recouvrement de la chair, éternité dans la percussion d’une goutte d’eau, 0 est unité et le multiple qui composent et animent l’existence d’une main, d’une montagne, d’un soleil, 0 est néant et complet, moment présent dans le repos des origines et illimité, où l’atome se déploie : où l’amour se déploie, dans l’apparence des rivières, des visages, des étoiles, il ouvre en nous l’œil de la lumière qui voit dans le miroir des événements l’illusion de nos peurs et de nos croyances, de notre réalité même, tissée du langage rêvé de nos émotions et de nos sensations, dans la quête répétée de la jouissance, du contrôle de notre vie, et de nos actions, de nos certitudes, 0 est notre maître, dont nous sommes la provenance et l’expression profonde quand en notre existence, vaincu d’Amour et de Conscience, nous nous abandonnons à nous-mêmes, à notre universelle expansion dans la mélodie de la lumière et des vents 

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais rendu public.Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires