Serre(s)

Témoins de la lumière des choses dans l’enclos de la transparence, de la voix de l’air et des flores qui nous parle dans le silence, le cœur aux aguets des cimes de l’eau et de la poussière, à l’écoute des formes révélées de la vie dans les demeures de la couleur et de la matière, le souffle du regard ainsi posé sur le continu ruissellement du verre, où se reflète le palais des arbres et du ciel, les plénitudes de l’ombre et l’aile de la nuit, toute besogne déposée sur le seuil de notre nuque, ici, loin des villes, où nous n’entendons du monde que les voix de la terre et des étoiles, dans le nid splendide de la pluie et de la neige, et des soleils de juillet et d’août, où nous voyons chaque fleur et chaque fruit travailler simplement à être, où nous percevons le silence de l’amour qui meut le berceau de chaque matin et l’aboutissement de chaque soir.

Une réponse à Serre(s)

  1. Nicole BRUNO dit :

    Merci de nous apprendre à regarder autrement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>